Tripoli : attentat contre l'ambassade de France, le parquet de Paris ouvre une enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'ambassade de France a été fortement touchée par l'explosion
L'ambassade de France a été fortement touchée par l'explosion
©Reuters

Bombe

Tripoli : attentat contre l'ambassade de France, le parquet de Paris ouvre une enquête

L'explosion a fait deux blessés dont un grave. Une enquête a été immédiatement ouverte.

Pourquoi une telle attaque ? Il est encore trop tôt pour l'expliquer. Toujours est-il qu'un attentat à la voiture piégée a visé ce mardi l'ambassade de France à Tripoli, en Libye, blessant deux gardes français dont un grièvement, et provoquant d'importants dégâts matériels, selon une source de sécurité libyenne.

Le bâtiment abritant les locaux de la chancellerie a été fortement endommagé et une partie du mur de l'enceinte a été détruite. Deux voitures garées devant l'ambassade étaient calcinées.

La France n'a pas tardé à réagir par la voix de Laurent Fabius. "En liaison avec les autorités libyennes, les services de l'Etat mettront tout en oeuvre pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet acte odieux et que ses auteurs soient rapidement identifiés", a indiqué le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. Il confirme qu'il a bien fait deux blessés. 

"J'exprime aux agents français blessés mes souhaits de rétablissement, ma solidarité et ma profonde sympathie", conclut Laurent Fabius, sans donner de précisions sur la manière dont l'attentat a été commis.

Par ailleurs, le parquet de Paris a ouvert une enquête aprèsl'attentat. Laurent Fabius a également indiqué avoir envoyé une équipe du GIGN sur place. "Nous avons décidé d'envoyer un groupement du GIGN (Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale) sur place et aussi le renforcement dans toute la zone des mesures de sécurité", a déclaré le ministre. Il a précisé que les activités du Centre culturel français à Tripoli et de la "petite école" avaient été suspendues.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !