Trappes : deux morts et un blessé lors d'une agression au couteau, l'Etat Islamique revendique l'attaque | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Trappes : deux morts et un blessé lors d'une agression au couteau, l'Etat Islamique revendique l'attaque
©Thomas SAMSON / AFP

Enquête en cours

Trappes : deux morts et un blessé lors d'une agression au couteau, l'Etat Islamique revendique l'attaque

Une attaque à l'arme blanche à Trappes, rue Camille Claudel, a fait deux morts et un blessé, selon un nouveau bilan. L'assaillant a été abattu. La mère et la sœur de l'agresseur sont parmi les victimes, selon des informations de BFM TV. L'Etat Islamique a revendiqué l'attaque.

Selon une source policière, une attaque au couteau s'est déroulée à Trappes dans les Yvelines. 

D'après un nouveau bilan, il y a deux morts et un blessé grave. Les deux victimes sont la mère et la soeur de l'assaillant, d'après des précisions de BFM TV. La personne blessée n'est pas membre de la famille de l'agresseur, selon des précisions de Gérard Collomb.

Selon des précisions du Figaro, l'une des femmes serait décédée à l'intérieur du pavillon qui appartiendrait à la famille de l'assaillant. La seconde femme serait morte sur la voie publique. La troisième personne blessée, une autre femme, a été transportée à l'hôpital. Son pronostic vital est engagé.  

Les faits se sont déroulés rue Camille Claudel. Le principal suspect, né à Trappes en 1982, était armé d'un couteau. Il s'en est pris à des individus dans un premier temps. Il s'est ensuite réfugié dans un pavillon avant d'en sortir et de se diriger vers les forces de l'ordre. Il était menaçant et armé de couteaux.    

L'assaillant a alors été tué par les policiers. Il n'a pas pu être réanimé. Les motivations de l'agresseur sont encore floues. L'enquête ne fait que débuter. Un important dispositif de sécurité est déployé à Trappes. Les sources policières appellaient dans la matinée à la plus grande prudence. La piste du différend familial était notamment étudiée. Le principal suspect aurait notamment deposé une plainte pour des conflits d'héritage en 2017.  

L'agresseur était fiché S, depuis 2016, et avait été condamné pour apologie du terrorisme par le passé, selon des informations de BFM TV. La section antiterroriste du parquet de Paris n'a pas encore été saisie. 

Le procureur de la République de Paris, François Molins, et le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, sont mobilisés sur cette affaire. L'enquête sera menée par le parquet de Versailles. 

Selon des informations de France Info, l'Etat Islamique a revendiqué l'attaque, via son agence de propagande Amaq. La revendication de Daech semble donc être opportuniste, à la manière de la fusillade de masse à Las Vegas lors d'un festival de musique country. 

"L'auteur de l'attaque dans la ville de Trappes (...) est l'un des combattants [du groupe] Etat islamique et a perpétré cette attaque à la faveur des appels à cibler des ressortissants des pays de la coalition".

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !