Transition énergétique : les députés votent la réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Transition énergétique : les députés votent la réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025
©

Décision prise

Transition énergétique : les députés votent la réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025

Il s'agissait d'une promesse de campagne établie par François Hollande en 2012.

La part du nucléaire dans la production d'électricité va être réduite. Ce vendredi matin, les députés ont votél'article 1er du projet de loi de transition énergétique. Cette part va passer de 75% à 50% à l'horizon 2025. Il s'agissait d'une promesse de campagne établie par François Hollande en 2012L'objectif est également de baisser de moitié la consommation énergétique en 2050 par rapport à 2012. Les députés y ont ajouté un objectif intermédiaire de réduction de 20% de la consommation en 2030, via un amendement gouvernemental.

La baisse des émissions de gaz à effet de serre a aussi été programmée. Elles devraient passer de 40% entre 1990 et 2030, et leur division par 4 en 2050. Quant à la part des énergies renouvelables, elle doit être portée à 23% en 2020 et 32% en 2030, et la consommation des énergies fossiles diminuer de 30% en 2030.

Favorable à tous les pans de ce projet, la gauche a affirmé se satisfaire de ce vote. Hostile au projet, l'UMP a condamné un "parti pris idéologique" et "un compromis politique entre le candidat François Hollande et les écologistes". UMP et UDI reprochent aussi à la majorité de ne rien dire de l'impact de ce choix sur les factures d'électricité. Ségolène Royal a pour sa part estimé que la nouvelle répartition entre les énergies "va faire baisser les factures" et "la priorité de ce texte est les économies d'énergie".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !