Tony Blair et son conseil à Ed Miliband : taxer encore plus les riches "ne changera pas la société" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tony Blair a été Premier ministre du Royaume-Uni de mai 1997 à juin 2007.
Tony Blair a été Premier ministre du Royaume-Uni de mai 1997 à juin 2007.
©Reuters

Vieux sage

Tony Blair et son conseil à Ed Miliband : taxer encore plus les riches "ne changera pas la société"

L'ancien Premier ministre britannique a recommandé à Ed Miliband, son successeur à la tête du parti travailliste, de ne pas recourir à "la politique de la colère" en voulant augmenter les impôts des riches.

Ne pas recourir à "la politique de la colère" en voulant augmenter les impôts des riches. C'est ce qu'a recommandé Tony Blair à Ed Miliband, le chef de l'opposition travailliste. L'ancien Premier ministre britannique a ainsi souligné au patron du Labour que taxer encore plus les riches "ne changera pas la société", rapporte le site du Daily Mail. A propos de l'augmentation importante du nombre de "super riches" pendant son passage au 10 Downing Street, Tony Blair a simplement déclaré que "c'est comme ça que tourne le monde".

Ed Miliband, fils d'un universitaire marxiste, a cherché à tirer un trait sur l'ère du New Labour, en taclant en 2011 "le capitalisme prédateur et productif". Parfois surnommé "Ed le Rouge", le chef du parti travailliste a aussi déclaré ne pas vouloir tolérer que "les plus riches prennent tout ce qu'ils peuvent". Dans une interview accordée au Time samedi, Tony Blair - dont la fortune est estimée à 80 millions de livres - a pris ses distances par rapport au discours de son successeur. "De nos jours, il y a deux types de politiques : la politique de la colère et la politique de la réponse", a-t-il dit. "Je préfère la politique de la réponse. Si vous prenez l'argent aux riches, cela ne changera pas la nature de votre société."

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !