Thomas Thévenoud : un an de prison avec sursis requis pour sa "phobie administrative" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Thomas Thévenoud : un an de prison avec sursis requis pour sa "phobie administrative"
©Reuters

Justice

Thomas Thévenoud : un an de prison avec sursis requis pour sa "phobie administrative"

Le parquet a requis un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité contre l'ancien secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud, accusé de fraude fiscale.

L'éphémère secrétaire d'Etat au Commerce extérieur comparaissait ce mercredi pour omission déclarative devant le tribunal correctionnel de Paris. Poursuivi avec son épouse pour fraude fiscale en raison de retards dans leur déclaration de revenus, affaire qui lui a coûté son poste ministériel en 2014, Thomas Thévenoud a parlé lors de son procès de  "négligence, de dysfonctionnement". "J’ai été défaillant, négligeant. J’ai essayé plusieurs fois de me remettre dans les clous, mais les mêmes travers ont réapparu. Je cherche toujours l’explication de ce dysfonctionnement", a-t-il expliqué.

Les faits pénalement reprochés visent la période 2009-2013, quand les époux Thévenoud oubliaient tout simplement de déclarer leurs revenus. Contrairement à l'affaire Cahuzac, ils ne sont donc pas accusés d'avoir planqué l'argent en Suisse. Dans sa plaidoirie, leur avocat Me Martin Reynaud a demandé la relaxe pour ces "gens qui ne devraient même pas être là" dans la mesure où il n'y a pas eu "dissimulation mais omission des revenus", que "les montants sont minimes" et que les impôts "ont été payés avec retard, mais payés".

Le parquet a requis aujourd'hui un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité contre Thomas Thévenoud et six mois de prison avec sursis contre son épouse Sandra. Le jugement sera rendu le 29 mai.

Lu dans Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !