The Economist égratigne le management à la française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
The Economist égratigne le management à la française
©

Incapables

The Economist égratigne le management à la française

Dans un article publié cette semaine, l'hebdomadaire britannique critique sévèrement les méthodes des patrons de l'hexagone.

Les managers français sont dans la ligne de mire de The Economist. Dans un article intitulé The French Way of work, l’hebdomadaire britannique égratigne le travail “à la française”. Pour lui, les managers français sont trop vite parachutés à la tête des grands groupes, trop distants avec leurs équipes et déconnectés des tâches concrètes de l’entreprise. «Le problème avec les salariés français ce n'est pas qu'ils sont fainéants, mais qu'ils sont mal gérés», explique le magazine.

Malgré l’initiative « J’aime ma boîte » relevé par The Economist, seuls 64% des Français aiment leur entreprise. Ils seraient globalement satisfaits de leurs missions, mais c’est la façon dont elles sont données qui leur posent problème. L’image qu’ils ont de leur entreprise en prend alors un coup. Ainsi, selon une étude du BVA, deux employés sur cinq n'apprécieraient pas leurs managers.

Selon le magazine, «la France se situe dernier des dix pays de l'opinion des travailleurs envers la direction de leur entreprise, selon un rapport de 2007, alors que les deux tiers des employés américains, britanniques et allemands disent qu'ils ont des relations amicales avec leur supérieur hiérarchique, moins d'un tiers des travailleurs français confirment ce sentiment ».

Pour The Economist, le problème de fond serait la formation des managers français. Sortis de grandes écoles, ils n’auraient pas passé assez de temps sur le terrain, parmi leurs subordonnés. Ils pointent aussi du doigt le système de pistons et des compétences peu valorisées, provoquant un sentiment de déception.

Seul point positif : l’hebdomadaire reconnait le mérite de certains grands groupes français, tels que Alcatel ou Danone, et la modernité de leur management.

Lu sur The Economist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !