Terrorisme : un mineur en lien avec Rachid Kassim mis en examen et écroué | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Terrorisme : un mineur en lien avec Rachid Kassim mis en examen et écroué
©

Laisse pas traîner ton fils

Terrorisme : un mineur en lien avec Rachid Kassim mis en examen et écroué

Ce jeune homme de 17 ans, né en Belgique, a été arrêté à Rennes cette semaine. Il a été placé en détention provisoire.

Nouvelle arrestation dans le réseau de Rachid Kassim, le djihadiste connu pour avoir téléguidé de nombreux émules depuis la zone irako-syrienne. Samedi, un jeune homme de 17 ans a été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle par des juges antiterroristes et placé en détention provisoire, a indiqué une source judiciaire.

Né en Belgique, le suspect a été arrêté cette semaine à Rennes, où sa famille s'est installée récemment, dans le cadre de l'enquête sur une adolescente de 16 ans arrêtée en août à Melun (Seine-et-Marne).

Les enquêteurs s'interrogent sur la volonté de l'adolescent arrêté cette semaine de passer à l'acte, a indiqué une source proche de l'enquête.  Lui qui se faisait appeler Abou Omar dans ses échanges, était très actif sur la messagerie Telegram, notamment sur le compte administré par Kassim.

Outre ces deux mineurs radicalisés, au moins une quinzaine de personnes ont été interpellées et mises en examen depuis cet été pour des menaces d'attentats inspirées par les appels au meurtre lancés sur Telegram par Rachid Kassim. Ce dernier est aussi soupçonné d'avoir téléguidé les deux terroristes qui ont tué un prêtre dans son église fin juillet à Saint-Étienne du Rouvray, avant d'être abattus par les forces de l'ordre. Rachid Kassim est visé par un mandat d'arrêt international dans ce dossier.

 

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !