Terrorisme : l'Etat islamique tue 45 de ses soldats en les enfermant dans des chambres froides mortuaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les victimes auraient tenté de déserter un champ de bataille en Irak.
Les victimes auraient tenté de déserter un champ de bataille en Irak.
©D.R

Avertissement

Terrorisme : l'Etat islamique tue 45 de ses soldats en les enfermant dans des chambres froides mortuaires

Après la mort atroce des combattants, leurs corps ont été exhibés le long de la route en guise d'avertissement pour ceux qui envisageraient de déserter les rangs du groupe terroriste.

L'Etat islamique aurait tué 45 de ses combattants en les enfermant dans des chambres froides mortuaires. Pourquoi le groupe terroriste a-t-il exécuté ainsi ses propres soldats ? Ces derniers auraient tenté de déserter un champ de bataille en Irak. C'est l'agence Al Sumaria News qui rapporte que les victimes ont été enfermés dans ces congélateurs pendant une journée entière.

Après la mort atroce des combattants, leurs corps ont été exhibés le long de la route en guise d'avertissement pour ceux qui envisageraient de déserter les rangs de l'Etat islamique, assure le Daily Mirror.

L'information a été révélée après qu'au moins 12 personnes ont été tuées dans deux attentats à Bagdad visant les forces de sécurité, affirme une source policière. L'attaque qui a aussi blessé 39 personnes n'a pas été revendiquée, mais l'Etat islamique commet souvent des attaques à la bombe dans la capitale irakienne, dont une récemment dans une mosquée chiite.

La première bombe a tué neuf personnes près d'un check point dans le district de al-Husseiniya, au nord de Badad. La seconde a frappé un convoi de l'armée à Arab al-Jabour.

 

 

 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !