Tennis : l'entraîneur de Levallois reconnaît avoir violé une de ses élèves | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Tennis : l'entraîneur de Levallois reconnaît avoir violé une de ses élèves
©

Choc

Tennis : l'entraîneur de Levallois reconnaît avoir violé une de ses élèves

Un professeur de tennis de Levallois-Perret soupçonné d'avoir violé trois élèves mineures, a été mis en examen mercredi.

Un coach du Levallois Sporting Club (Hauts-de-Seine), déféré mercredi, a été mis en examen, soupçonné d'avoir violé à plusieurs reprises entre 1999 et 2005 trois élèves mineures, a déclaré à l'AFP Robert Gelli, procureur de la République de Nanterre. Andrew Geddes, 48 ans, est poursuivi pour "viols et agressions sexuelles sur mineures par personne abusant de l'autorité conférée par ses fonctions", a précisé Robert Gelli.

L'homme, originaire du New Jersey (États-Unis), aurait commis entre 1999 et 2001 plusieurs "viols et agressions sexuelles" sur l'une de ses anciennes élèves, âgée de 12 ans quand ont débuté les faits. Il est également soupçonné d'avoir entre 2001 et 2005 agressé sexuellement et violé à plusieurs reprises deux autres adolescentes de 17 ans. Les agressions se sont déroulées notamment à Paris, à La Baule (Loire-Atlantique), dans les Hauts-de-Seine et le Val-d'Oise, tantôt au domicile de l'entraîneur, dans sa voiture, dans les locaux du club de Sarcelles où il a travaillé.

L'affaire a provoqué de vives réactions. L'ancien joueur Henri Leconte, président de la section de tennis du LSC, a annoncé que l'homme avait été "immédiatement mis à pied". "Chez nous, il entraînait des adultes, des joueurs confirmés, et n'était pas en contact avec des enfants", a précisé l'ex-champion qui s'est dit "choqué et effondré en tant que père et président de club". Le monde du tennis a déjà été secoué par une affaire similaire. En février, l'ancien entraîneur vedette Régis de Camaret a été condamné en appel à dix ans de prison pour les viols aggravés de deux anciennes élèves mineures.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !