Tempête Xynthia : l'ex-maire de La Faute-sur-Mer condamné à deux ans de prison avec sursis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La justice estime notamment que les faits dont elle a reconnu René Marratier coupable, ne sont pas "détachables de son service"
La justice estime notamment que les faits dont elle a reconnu René Marratier coupable, ne sont pas "détachables de son service"
©Flickr

Décision de justice

Tempête Xynthia : l'ex-maire de La Faute-sur-Mer condamné à deux ans de prison avec sursis

Lors du passage de la tempête sur cette station balnéaire vendéenne en 2010, 29 personnes avaient perdu la vie.

Plus de six ans après le passage de la tempête Xynthia en février 2010, la cour d'appel de Poitiers a condamné ce lundi 4 avril l'ancien maire de la Faute-Sur-Mer à 2 ans de prison avec sursis pour les responsabilités qui étaient les siennes lors du sinistre. René Marratier a été condamné pour homicides volontaires et mise en danger de la vie d'autrui, et il lui sera définitivement interdit d'exercer toute fonction publique. Lors du passage de la tempête sur cette station balnéaire vendéenne en 2010, 29 personnes avaient perdu la vie. 

La justice estime notamment que les faits dont elle a reconnu René Marratier coupable ne sont pas "détachables de son service" : ce qui empêche à l'ancien maire de se voir personnellement comptable des conséquences civiles. La cour se déclare d'ailleurs incompétente pour trancher à ce sujet, et oriente les victimes vers le tribunal administratif, explique Le Figaro. 

Selon le ministère public, le pire aurait pu être évité si René Marratier et son ancienne adjointe à l'urbanisme, Françoise Babin, 72 ans, également promoteur immobilier, n'avaient pas, "de façon délibérée, occulté" les risques d'inondation pesant sur la commune pour poursuivre l'urbanisation en délivrant des permis de construire en zone inondable.

>>>> À lire aussi : Katrina et Xynthia, ou comment les pays développés ont compris que personne n'était à l'abri de la menace climatique

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !