Taubira à Mennel : "La France c’est votre pays. Ne vous le faites pas voler" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Taubira à Mennel : "La France c’est votre pays. Ne vous le faites pas voler"
©D.R

Soutien

Taubira à Mennel : "La France c’est votre pays. Ne vous le faites pas voler"

Dans un texte publié sur son compte Facebook, l'ancienne ministre apporte son soutien à la chanteuse.

C'est désormais au tour de l'ancienne ministre de la justice, et figure de la gauche, Christiane Taubira, de réagir à l'affaire Mennel. "On vous reproche votre ‘turban’, disent-ils. Il vous sied délicieusement, sans rien dissimuler de votre beauté encore en éclosion" écrit-elle. "Ils vous reprochent de chanter en arabe… incultes, ils ne savent pas finir la phrase : en arabe la chanson d’un Juif magnifique. Quelle somptueuse audace, et quelle promesse pour notre monde !"

Mais c'est surtout les tweets polémiques qui ont créé le tollé général. "On vous reproche des tweets passés. Vos références intellectuelles [Dieudonné et Tariq Ramadan] étaient loin d’être recommandables" souligne Taubira. "Sur le plan philosophique d’une conception de la vie, du rapport à l’autre, de l’exigence envers soi-même, d’une vision de la socialité possible et souhaitable, ces deux références sont simplement indigentes et lamentables. Manifestement fourbes, parfois immondes. Ils ne sont pas les seuls. Le souci, c’est la fascination qu’ils parviennent à exercer sur de jeunes esprits, même brillants. C’est cela le seul sujet, pour nous autres adultes."

"Vous vous êtes excusée et vous avez bien fait" poursuit-elle. "N’en ayez surtout aucun regret, c’est votre hauteur. Et tant pis si les fâcheux eurent le dernier mot sur les pusillanimes et les commerciaux. Ce n’est qu’un avant-dernier mot. Le dernier, c’est vous qui l’aurez si vous décidez qu’il vous revient de tracer vous-même votre chemin de vie."

Et de conclure : "La France reste une terre de passion et de générosité, elle est une béance du monde d’où surgissent, toujours vives, des querelles et des fureurs qui n’ont jamais su dissoudre ses ardeurs fraternelles. C’est bien là qu’il faut vivre. Et d’abord, c’est votre pays. Ne vous le faites pas voler."

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !