Rencontre "positive" entre Kofi Annan et Assad | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Rencontre "positive" entre
Kofi Annan et Assad
©

Médiation

Rencontre "positive" entre Kofi Annan et Assad

L'émissaire spécial de l'ONU a rencontré le président syrien afin de trouver une solution politique au conflit. En attendant, l'armée syrienne poursuit la répression, tuant près de 50 civils vendredi.

(Mis à jour samedi 10 mars à 14h)

Kofi Annan, l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, est arrivé ce samedi matin à Damas pour exhorter le président Bachar al-Assad à trouver une solution politique au conflit qui dure depuis un an en Syrie et qui a fait au moins 8500 morts. Selon la télévision d'État syrienne, leur rencontre, en milieu de matinée, se déroulait dans une "ambiance positive".

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé samedi en recevant l'émissaire international Kofi Annan qu'il était prêt à faire réussir tout effort sincère en vue d'une solution à la crise en Syrie, où le régime réprime dans le sang la révolte depuis un an.

Kofi Annan a appelé jeudi à l'ouverture d'un dialogue entre le régime d'Assad et l'opposition, mais les opposants ont rétorqué que cela reviendrait à donner du temps aux forces gouvernementales pour les écraser. L'émissaire de l'Onu doit aussi rencontrer des représentants de l'opposition syrienne.

Après sa visite à Damas, l'ancien secrétaire général des Nations unies devrait se rendre en Turquie, lundi, pour visiter des camps de réfugiés de Syriens ayant fui les violences dans leur pays et s'entretenir avec les responsables turcs. Il devrait se rendre dans des camps situés à Hatay, dans le sud de la Turquie, proche de la frontière syrienne, où sont logés depuis mars 2011 près de 12 000 réfugiés syriens.

Samedi, la répression se poursuivait contre l'opposition. L'armée syrienne bombardait violemment la ville rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, en prélude à un assaut d'envergure.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !