Syrie : Laurent Fabius ouvre la porte au régime syrien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : Laurent Fabius ouvre la porte au régime syrien
©Reuters

Virage

Syrie : Laurent Fabius ouvre la porte au régime syrien

Le ministre a évoqué une éventuelle participation des forces de Bachar el-Assad dans la lutte contre l'Etat islamique.

C'est la petite phrase qui pourrait bien changer le sens de la guerre en Syrie. Tandis que la France refusait catégoriquement l'implication de Bachar el-Assad dans la résolution du conflit politique, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a mis un peu d'eau dans son vin, sur RTL. Pour battre l'Etat islamique, ''il faut deux séries de mesures'' a-t-il indiqué. ''Des bombardements et des forces au sol qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui doivent être des forces de l'Armée syrienne libre, des forces arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime et des Kurdes également, bien sûr.''
L'air de rien, le ministre vient de briser un tabou en s'associant à une éventuelle aide de Bachar el-Assad. Il est possible que la France, qui cherche desespérement à former une grande et unique coalition internationale, ait donné quelques billes aux Russes. La veille, François Hollande avait rendu visite à Vladimir Poutine, sans pour autant obtenir le ralliement univoque de Moscou. Mais pour la diplomatie française, il s'agissait, avant tout, de réchauffer les relations tendues avec le géant russe depuis la crise en Ukraine.
Le président français boucle donc une grande tournée diplomatique avec ses alliés. Si l'Italie et les Etats-Unis ont apporté leur soutien, le Royaume-Uni et l'Allemagne peinent à convaincre leurs députés d'intervenir contre l'Etat islamique par des frappes en Syrie. La Russie, alliée à l'Iran pour soutenir le régime syrien, sera encore plus dur à convaincre à moins de trouver un compromis. Le maintien de Bachar el-Assad pourrait changer la donne. 
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !