Syrie : la France a fourni des traitements anti gaz sarin à la rebellion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un rebelle syrien.
Un rebelle syrien.
©Reuters

Coup de main

Syrie : la France a fourni des traitements anti gaz sarin à la rebellion

La France a livré à l'opposition syrienne des traitements qui peuvent protéger un millier de personnes du gaz sarin, a déclaré Laurent Fabius.

La France a livré des traitements anti-gaz sarin à l'opposition syrienne, a annoncé le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des "Amis de la Syrie", à Doha. Ces traitements "peuvent protéger un millier de personnes", a t-il déclaré. L'utilisation de ce gaz neurotoxique mortel "en dit long sur les ravages que fait courir Bachar el-Assad à sa population", a ajouté Laurent Fabius.

Le régime de Damas continue de démentir l'utilisation de ce gaz. Le président de la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a également réaffirmé vendredi qu'il ne pouvait pas dire avec certitude qui avait utilisé des armes chimiques en Syrie.

Les "Amis de la Syrie" se sont réunis à Doha ce samedi pour examiner l'octroi aux rebelles d'une aide militaire qui leur permettrait d'arrêter la progression des forces du régime de Bachar el-Assad. Cette question divise toujours les participants à la réunion. En mai, les pays européens ont levé leur embargo sur les armes, mais se sont engagés à ne pas en livrer avant le 1er août, afin de laisser une chance à une résolution politique du conflit.

Les "Amis de la Syrie" ont également exigé dans leur résolution finale que "les Iraniens et le Hezbollah cessent d'intervenir dans le conflit" syrien. "Le Hezbollah (libanais) a joué un rôle terriblement négatif notamment dans l'attaque de Qousseir. Nous ne sommes absolument pas d'accord pour l'internationalisation du conflit. Donc dans le texte que nous venons de publier nous exigeons que les Iraniens et le Hezbollah cessent d'intervenir dans ce conflit", a déclaré Laurent Fabius.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !