Syrie : l'Etat islamique perd du terrain dans le nord du pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des combattants rebelles syriens manœuvrent un tank dans Alep.
Des combattants rebelles syriens manœuvrent un tank dans Alep.
©REUTERS / Ammar Abdullah

Conflit

Syrie : l'Etat islamique perd du terrain dans le nord du pays

Soutenues par les Etats-Unis, les forces coalisées kurdo-arabes ont pris le "contrôle quasi-total" de Minbej, un des fiefs du groupe djihadiste.

L'Etat islamique recule dans le Nord de la Syrie. Les forces coalisées kurdo-arabes, soutenues par les Etats-Unis, ont pris le "contrôle quasi-total" de Minbej, un des fiefs du groupe djihadiste, situé au nord du pays dans la province d'Alep. Cette victoire met fin à deux mois d'offensive. Les forces démocratiques syriennes (FDS) patrouillaient samedi dans le centre-ville à la recherche des dernières poches de résistance djihadistes encore actives dans la ville, selon les informations de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le porte-parole du Conseil militaire de Minbej, composante des FDS, Sherfan Darwish, a déclaré pour sa part que ses troupes contrôlaient 90% de la ville mais que des combats avaient encore lieu dans le centre de la localité.

En revanche à Alep, la situation est très confuse. Dans la deuxième ville de Syrie, divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et quartiers ouest pro régime, et un des enjeux majeurs du conflit, une coalition de djihadistes et de rebelles islamistes serait sur le point d'assiéger les quartiers gouvernementaux après s'être emparée de l'académie d'armement.

Ce retournement de situation intervient trois semaines après que les forces du régime, appuyées par l'armée russe, effectuent le siège des quartiers rebelles d'Alep situés dans l'est de la ville. Les groupes rebelles et djihadistes qui comprennent les combattants du Front Fateh al-Cham, tentent depuis de briser ce siège. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !