Syrie : Hollande et son Conseil de défense restreint ont fait "un point" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : Hollande et son Conseil de défense restreint ont fait "un point"
©

Tous en réu

Syrie : Hollande et son Conseil de défense restreint ont fait "un point"

"Tous les aspects de la crise, diplomatiques, militaires et de politique stratégique ont été évoqués" a-t-on commenté à l'Elysée.

François Hollande avait convoqué un Conseil de défense restreint sur la Syrie ce mercredi matin à l'Elysée. Objectif : faire le point sur la situation actuelle. Peu après 9h30, l'Elysée a indiqué que "tous les aspects de la crise - diplomatiques, militaires et de politique stratégique" ont été évoqués par les protagonistes de cette réunion. On a mis l'accent sur "le caractère très évolutif de la situation" qu'il faut "suivre tous les jours voire toutes les demi-journées" a dit l'Elysée.

De nouveau, "on a insisté sur la nécessité de contrôler un éventuel démantèlement des stocks d'armes chimiques. Si démantèlement il doit y avoir, il faut que cela se passe dans un cadre strict", a-t-on indiqué.

François Hollande avait déjà réuni à l'Elysée deux conseils de défense sur la Syrie. Le premier, le 28 août, pour préparer la riposte militaire que la France et ses alliés envisageaient contre le régime de Damas après l'attaque chimique du 21 août près de la capitale syrienne. Le deuxième, en format restreint, le 31 août, dans la foulée d'un entretien téléphonique des présidents français et américain. Tous deux avaient réaffirmé leur "détermination" à agir contre le régime de Damas.

Par ailleurs, ce mercredi matin, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a indiqué qu'il faudrait "sans doute attendre" une décision de l'ONU avant une prise de parole du président de la République sur le dossier syrien.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !