Syrie : face à l'Etat islamique, Obama reconnaît qu’il "n’a pas encore de stratégie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : face à l'Etat islamique, Obama reconnaît qu’il "n’a pas encore de stratégie"
©

Aveu de faiblesse

Syrie : face à l'Etat islamique, Obama reconnaît qu’il "n’a pas encore de stratégie"

Une déclaration faite alors que les jihadistes ont exécuté plus de 160 soldats après s'être emparés d'une base clé du pays, a indiqué une ONG jeudi.

La situation en Syrie est plus que chaotique. En effet, ces derniers jours, les jihadistes de l’Etat islamique (EI) montent en puissance. Et leur cruauté aussi. Ainsi, selon une ONG, ils ont exécuté plus de 160 soldats après s'être emparés d'une base clé du pays. Par ailleurs, 43 Casques bleus de l'ONU étaient détenus jeudi sur le plateau du Golan par des groupes armés rebelles et 81 autres sont bloqués dans deux localités de la région, a indiqué l'ONU. Mais face à l’influence grandissante de l’EI, Barack Obama a reconnu sans détours que les Etats-Unis n’avaient « pas encore de stratégie ».

Si l’armée américaine a mené une centaine de frappes aériennes dans le nord de l’Irak depuis le 8 août (des frappes qui ont notamment permis de reconquérir le barrage stratégique de Mossoul qui était aux mains des jihadistes), le président américain a indiqué qu’à l’heure actuelle

« Nous n’avons pas encore de stratégie. » Barack Obama a reconnu jeudi sans détours que les Etats-Unis n’étaient pas en position d’attaquer, écartant ainsi la possibilité de frappes aériennes imminentes. En effet, face à un mouvement qui affiche sa volonté d’établir un « califat » à cheval entre Irak et Syrie, il a assuré que le Pentagone planchait sur différentes options (à la fois militaires et diplomatiques) pour vaincre l’Etat islamique sur la durée. Pour répondre à cette menace qualifiée de « cancer », Barack Obama a insisté : « Nous avons besoin d’un projet clair ».

Mais il y a urgence car les jihadistes de l'EI occupent désormais le premier plan du conflit en Syrie qui a fait plus de 190 000 morts depuis mars 2011 selon l'ONU. L'EI y combat aussi bien les rebelles que le régime et la branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front Al-Nosra.

lu sur 20 Minutes.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !