Syrie : Bachar el-Assad assure qu'il y a eu "des contacts mais pas de coopération" avec la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président syrien
Le président syrien
©Reuters

Guerre civile

Syrie : Bachar el-Assad assure qu'il y a eu "des contacts mais pas de coopération" avec la France

Le chef d'Etat Syrien a accepté pour la première fois depuis le début de la guerre civile une interview à la télévision française. Il était ce lundi sur France 2.

France 2 a diffusé ce lundi soir une interview exclusive de Bachar el-Assad, le président très contesté de la Syrie. Pour l'occasion, le présentateur David Pujadas s'est déplacé à Damas pour rencontrer dimanche matin, celui qui est au cœur d'un conflit majeur.

La chaîne a diffusé un premier extrait de cette rencontre, dans la journée portant notamment sur les "contacts" entre les renseignements français et la Syrie. "Il y a des contacts mais pas de coopération" affirme ainsi Bachar el-Assad. "Nous avons rencontré certains responsables de vos services de renseignement mais il n'y a pas eu d'échanges d'informations. Ils sont venus en Syrie" précise le chef d'Etat. Selon lui, la France n'a pas fait preuve de "bonne volonté" pour un éventuel échange d'information. "Il faudrait les aider alors qu'ils soutiennent les terroristes (l'opposition à Damas) ? Ca ne marche pas comme ça," a tranché le président syrien.

Le reste de l'interview donne plus d'indications sur les attentes de bachar el-Assad. "Les responsables français doivent d'abord me convaincre qu'ils ne soutiennent pas les terroristes" insiste le chef d'Etat. "Ce sont eux qui se sont trompés, nous n'avons pas aidé ceux qui ont attaqué Charlie hebdo" assure-t-il. "Lorsqu'ils changeront de politique, nous serons prêts pour le dialogue." 

Concernant l'usage d'armes non-conventionnelles, l'entretien a tourné au dialogue de sourds, le président syrien contestant toutes les affirmations sur l'utilisation d'armes "aveugles" ou chimiques. "Nous n'avons jamais utilisé d'armes aveugles qui ne peuvent pas cibler avec précision car elles seraient inutiles" promet-il. "Nous n'utilisons que des bombes conventionnelle." Même discours concernant les bombes au chlore, malgré les nombreuses preuves apportées par les journalistes. "C'est un faux récit" tranche le chef d'Etat. "Nous possédons 2 deux usines de chlore. La première a été fermée, la seconde se situe à la frontière de la Turquie et est sous le contrôle des rebelles. Nous n'avons pas utilisé du chlore et nous n'en avons pas besoin."

Quant à son statut de président, Bachar el-Assad assure qu'il  partira si le peuple ne veut plus de lui, s'interrogeant avec froideur : "Il y a 23 millions. Comment peuvent-ils avoir peur d'un seul homme ?"

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !