Syrie : Assad, l'EI et la Russie s'entendent pour exploiter un champ de gaz | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : Assad, l'EI et la Russie s'entendent pour exploiter un champ de gaz
©Reuters

Le business d'abord

Syrie : Assad, l'EI et la Russie s'entendent pour exploiter un champ de gaz

Une société russe a rendu ce champ, précédemment frappé par les Américains, exploitable. Au profit de tout le monde.

Il semble que l'alliance objective entre l'Etat islamique et le camp Assad-Russie soit plus qu'objective... Selon des informations révélées par Foreign Policy et confirmées par Le Monde, le champ de gaz de Twinan, à 75 kilomètres de Raqqa, la capitale de facto de l'Etat islamique, est exploitée conjointement au profit du régime d'Assad et de l'Etat islamique, avec l'aide d'une société russe. 

En 2007, le gouvernement syrien avait accordé un contrat de construction clé-en-main d'une installation sur le champ à un consortium de la société Stroytransgaz, détenue par l'oligarque Guennadi Timtchenko, et d'une société syrienne. Des travaux qui ont naturellement été interrompus par la guerre civile syrienne...jusqu'à ce que la zone tombe aux mains de l'Etat islamique. A ce moment-là, les travaux reprennent. L'EI et le régime d'Assad auraient passé un accord où ce dernier payerait au groupe djihadiste un "loyer" et un "impôt de protection" pour le site, en échange de son gaz. Les deux se seraient également répartis la production d'une centrale électrique d'Alep, alimentée par le gaz de Twinan. 

Depuis l'intervention ouverte russe dans le conflit syrien, la plupart des observateurs mettent en lumière une communauté objective d'intérêt entre le régime d'Assad et l'EI. Les russes prétendent frapper l'EI, mais ils frappent les rebelles non-EI ; l'intérêt étant de forcer la communauté internationale à choisir entre Assad et l'EI. Une telle alliance permettrait également à l'EI de "souffler" en ayant un ennemi de moins. Mais jusqu'à présent, il n'y avait que peu de preuves que cette communauté d'intérêts se traduisait par une coopération réelle. C'est un jeu dangereux : non seulement une coopération avérée avec l'EI serait mauvaise pour l'image de la Russie et d'Assad (qui, certes n'ont pas besoin de cela), mais il est certain que l'EI déteste ces régimes et veut les exterminer. En tous les cas, l'enquête du Monde met en lumière des éléments troublants, nouveaux et importants.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !