Suspension de l’aide alimentaire des USA à la Corée du Nord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Suspension de l’aide alimentaire des USA à la Corée du Nord
©

Stop help

Suspension de l’aide alimentaire des USA à la Corée du Nord

La Corée du Nord prévoit le lancement d’une fusée le mois prochain. En réaction, les États-Unis s’apprêtent à geler l’aide alimentaire vers Pyongyang, selon un haut responsable du Pentagone.

"Nous avons été forcés de suspendre notre assistance alimentaire à la Corée du Nord", a annoncé aujourd’hui Peter Lavoy, adjoint au secrétaire à la défense chargé des affaires asiatiques. En cause : la décision de Pyongyang de lancer une fusée, censée placer un satellite en orbite. Mais les États-Unis soupçonnent un tir déguisé de missile, en contradiction avec les résolutions de l'ONU.

Un projet qui traduirait le "manque de volonté (de la Corée du Nord, ndlr) de tenir ses engagements internationaux". Selon Lavoy, les États-Unis ne peuvent pas faire confiance à la Corée du Nord pour répartir l’aide alimentaire correctement, rapporte le site de la BBC.

Interrompue depuis 2009, l’aide américaine avait été rétablie fin février en échange de la promesse d'un moratoire sur les activités nucléaires de Pyongyang. Les 240 000 tonnes d'aide alimentaire étaient destinées aux enfants et aux femmes enceintes. "L'accord interdisait explicitement aux Nord-Coréens de lancer des missiles et nous leur avions indiqué que le lancement d'un satellite serait interprété comme un lancement de missile, car il utilise la même technologie", a expliqué Peter Lavoy .

Le lancement de la fusée est prévu entre le 12 et le 16 avril, pour célébrer le centenaire de la naissance du fondateur de la dictature communiste, Kim Il-sung.

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !