Surveillance des frères Abdeslam : un rapport pointe les nombreux manquements de la Belgique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Leur dossier a été classé sans suite le 21 avril 2015.
Leur dossier a été classé sans suite le 21 avril 2015.
©AFP

Failles

Surveillance des frères Abdeslam : un rapport pointe les nombreux manquements de la Belgique

Brahim et Salah Abdeslam, qui ont participé activement aux attentats de Paris le 13 novembre, auraient été auditionnés par la police début 2015 alors qu'ils étaient soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie.

Selon les conclusion d'un nouveau rapport relayé ce mardi par l'agence Belga, "le dossier de surveillance des frères Abdeslam a été classé sans suite en avril 2015 en raison du manque d'effectifs". Brahim et Salah Abdeslam, qui ont participé activement aux attentats de Paris le 13 novembre, auraient été auditionnés par la police début 2015 alors qu'ils étaient soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie. 

Les deux frères seraient ensuite ressortis libres de cette audition, sans être inquiétés. D'après ce même rapport, le parquet fédéral avait demandé à l'unité antiterroriste de la police fédérale de mener des investigations sur leur téléphonie et de vérifier leurs emails, avant que le dossier ne soit classé sans suite le 21 avril 2015.

"Mais l’enquête finira parmi les 'dossiers rouges' : ceux qui sont urgents mais pour lesquels la section antiterroriste ne dispose pas de moyens suffisants", écrit le quotidien belge Le Soir. De son côté, la brigade antiterroriste belge a rapidement dénoncé un rapport "exclusivement à charge".

>>>> À lire aussi : Lutte antiterroriste : la France est-elle vraiment mieux organisée que la Belgique (et quid des leçons de Charlie...) ?

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !