Super Tuesday, c’est parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Super Tuesday, c’est parti
©

Décisif

Super Tuesday, c’est parti

Ce mardi se tiendront 10 primaires et caucus républicains. Ces élections pourraient être décisives pour désigner le futur adversaire de Barack Obama.

Ce mardi pourrait être le tournant décisif dans les primaires républicaines. Deux mois après leur lancement dans l’Iowa, 419 délégués sont ce mardi en jeu, soit près de 20% de l’ensemble des délégués qui assisteront à la convention républicaine fin août. Le grand gagnant du Super Tuesday bénéficiera donc d’une avance considérable pour figurer face à Barack Obama à l’élection présidentielle américaine.

Dix états vont voter lors de ce "super mardi". L'Alaska (27 délégués), l’Idaho (32) et le Dakota du Nord (28) vont organiser des caucus (rassemblements de militants durant lesquels des représentants de chaque candidat s’expriment). La Georgie (76 délégués), l’Ohio (66), le Tennessee (58), la Virginie (49), l’Oklahoma (43), le Massachusetts (41) et le Vermont (17) organisent des primaires plus classiques.

Dans ce marathon, Mitt Romney fait figure de favori à l’investiture. L’ancien sénateur du Massachusetts a déjà remporté les cinq derniers scrutins et devrait l’emporter au moins dans le Massachusetts, en Virginie et dans le Vermont.

Rick Santorum pourrait obtenir les voix des états religieux comme le Tennessee et dans l’Oklahoma. S’il parvient à remporter l’Ohio, il aurait encore ses chances de remporter la primaire de son parti. Newt Gingrinch aura fort à faire pour remporter quelques états. En cas d’échec il pourrait abandonner la course à l’investiture. Ron Paul, qui n’a encore engrangé aucune victoire jusqu’ici pourrait remporter l’Alaska, le Dakota du Nord et l’Idaho. Ce candidat pourrait se maintenir jusqu’au bout malgré de mauvais résultats, comme il l’avait déjà fait en 2008.

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !