Les stars bien payées n'ont plus la cote | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les stars bien payées
n'ont plus la cote
©

Hollywood

Les stars bien payées n'ont plus la cote

Sur les 9 suites de blockbusters américains de l'été, seul Pirates des Caraïbes 4 emploie une star bien payée, Johnny Depp.

Les nouveaux épisodes de sagas cinématographiques à succès se bousculent dans les salles cet été. Ils sont pas moins de neuf, de Very Bad Trip 2 à Pirates des Caraïbes 4, en passant par X-Men : le commencement. Ces films marquent une tendance repérée par le New York Magazine : le déclin des stars hollywoodiennes bien payées. A l'exception de Johnny Depp, tous les acteurs employés dans ces films ne font pas partie de la fameuse liste des stars "bankable", dont le simple nom est censé pouvoir attirer le public dans les salles.

On est bien loin de l'époque où Bruce Willis était indissociable de Die Hard, Stallone de Rambo, ou Harrison Ford d'Indiana Jones. Avec des films de plus en plus chers à causes des effets spéciaux, et des stars trop exigeantes, l'équation est devenue de plus en plus difficile pour les studios. D'où cette idée : pourquoi payer des stars, alors que la vraie star est la franchise ?

C'est ainsi que la Fox s'est dispensée de Sigourney Weaver et de ses 20 millions de dollars de cachet pour produire Alien vs Predator en 2004. Le même raisonnement est à la base de la production de X-Men : le commencement, qui a coûté cinq fois moins cher que le précédent épisode de la série en se passant de ses stars. Et la recette n'a pas moins de succès au box-office. Le film a engrangé 56 millions de dollars pour sa sortie en Amérique du Nord.

L'autre grand avantage pour les studios est qu'ils imposent aux nouveaux acteurs des contrats drastiques, qu'aucune star n'accepterait. En cas de succès du film, ils pourront les employer à peu de frais pour tourner les épisodes suivants.

Lu sur le New York Magazine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !