Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Conseil régional d'Ile-de-France
Conseil régional d'Ile-de-France
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Rapport

Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions

L'enquête porte sur des contrats de collaborateurs chargés de mission. Les locaux du conseil régional d'Ile-de-France, dirigé par Valérie Pécresse ont été perquisitionnés mardi.

Selon des informations du Point et du Parisien, des perquisitions ont eu lieu mardi à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, dans les locaux du conseil regional d'Ile-de-France dirigée par Valérie Pecresse, dans le cadre d'une enquête ouverte pour "détournements de fonds publics". 

Cette enquête a été ouverte en réalité en février à la suite d'un signalement de la chambre régionale des comptes (CRC), selon des précisions du parquet à l'AFP. 

L'enquête porte notamment sur des contrats de collaborateurs chargés de mission. Dans son rapport, la chambre régionale des comptes avait noté "des irrégularités persistantes en matière de ressources humaines" ainsi qu'une masse salariale qui "n'a pas diminué" malgré "la baisse des effectifs". L'institution avait cependant souligné "une situation financière qui s'améliore", avec "une dette maîtrisée" et "une amélioration de la capacité de désendettement".

Valérie Pécresse avait déploré un ton "à charge" du rapport, selon elle "en complet décalage avec l'appréciation (des) agences de notation" et de "la Cour des comptes elle-même", qui avait souligné que la région Île-de-France avait baissé ses dépenses de fonctionnement depuis 2015 et maîtrisé sa masse salariale.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !