Soupçons d'abus sexuels en Centrafrique : une nouvelle enquête ouverte par le parquet de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon les éléments récemment révélés par l'ONU, ces soupçons qui remontent à 2014 visent plusieurs soldats français membres de l'opération Sangaris.
Selon les éléments récemment révélés par l'ONU, ces soupçons qui remontent à 2014 visent plusieurs soldats français membres de l'opération Sangaris.
©Reuters

Scandale

Soupçons d'abus sexuels en Centrafrique : une nouvelle enquête ouverte par le parquet de Paris

Selon l'ONU, plusieurs soldats français auraient forcé des jeunes filles à entretenir des relations sexuelles avec des animaux, moyennant une petite somme d'argent.

Selon les informations communiquées à l'AFP par des sources judiciaires, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris sur de nouveaux soupçons d'abus sexuels commis par des militaires français basés en Centrafrique, comme l'avait évoqué l'ONU à la fin du mois de mars. 

Cette enquête ouverte vendredi 1er avril a été confiée à la gendarmerie prévôtale, qui a pour mission de faire la lumière sur les crimes et délits commis par des militaires français déployés pendant des opérations extérieures. 

Selon les éléments récemment révélés par l'ONU, ces soupçons visent plusieurs soldats français membres de l'opération Sangaris, qui auraient forcé en 2014 des jeunes filles à entretenir des relations sexuelles avec des animaux, moyennant une petite somme d'argent. D'après les responsables de l'ONU qui ont interrogé une centaine de victimes potentielles d'abus sexuels, ces dernières seraient "en grande majorité" des mineures, a précisé le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric. 

Le ministère de la Défense a communiqué au parquet de Paris une dénonciation de l'ONU concernant ces soupçons d'exploitation et d'abus sexuels supposément commis entre 2013 et 2015 à Dékoa, dans l'est du pays. 

>>>> À lire aussi : Accusations de viols en Centrafrique : comment l’armée française gère les appétits et dérapages sexuels de ses soldats

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !