Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le Premier ministre David Cameron sous la pression des courant xénophobes
©REUTERS/Darren Staples

Vous êtes prévenus !

Sortie de l'Union Européenne : David Cameron menace d'avancer son référendum

Le Premier ministre britannique est prêt à avancer le référendum, prévu en 2017, si les reformes souhaitées ne sont pas rapidement faites.

David Cameron est-il pressé d'en finir ? Après avoir promis un référendum en 2017 sur le maintien ou non du Royaume-uni dans l'Union Européenne, dans le cas où il est réélu en mai prochain, le Premier ministre veut désormais avancer la date butoir. "Le référendum doit avoir lieu avant fin 2017. Je serais ravi si nous pouvions le faire plus tôt. Plus je peux avancer vite sur mon engagement d'une renégociation (des termes de l'appartenance à l'UE) et d'un référendum, mieux ce sera" a-t-il insisté à la BBC, dimanche 4 janvier.

Pressé à sa droite notamment par le parti europhobe Ukip, en vogue dans les sondages et grand vainqueur des élections européennes de mai dernier, David Cameron pointe du doigt les travailleurs étrangers arrivés au Royaume-uni. En novembre dernier, il a notamment proposé une vingtaine de réformes pour freiner l'immigration parmi lesquelles la réduction des prestations sociales pour les étrangers ou encore le départ des personnes n'ayant pas trouvé de travail au bout de six mois. Or les traités européens stipulent la libre circulation dans les états membres. Une telle réforme demande donc une modification des traités européens. Sans quoi, le parti conservateur dégainera son épouvantail : le référendum.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !