Sondages de l'Elysée : Patrick Buisson a été mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Patrick Buisson
Patrick Buisson
©Reuters

Justice

Sondages de l'Elysée : Patrick Buisson a été mis en examen

La justice enquête depuis 2012 sur les conditions dans lesquelles l’Élysée a commandé des centaines de sondages sous le quinquennat Sarkozy.

Patrick Buisson et Pierre Giacometti ont été entendus mercredi matin dans l’enquête sur les sondages de l’Elysée. Selon des informations d'Europe 1, les deux anciens conseillers de Nicolas Sarkozy étaient convoqués aux alentours de 9h, au Château des rentiers, dans le 13e arrondissement de Paris, pour être entendus par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE).

Peu après cette convocation, une source judiciaire a informé l'AFP de la mise en examen de Patrick Buisson pour recel de favoritisme, abus de biens sociaux et détournement de fonds publics par un particulier.

"L'audition de mon client a été très rapide, il s'exprimera plus tard sur le fond du dossier, mais il reste parfaitement serein", a déclaré son avocat, Me Gilles-William Goldnadel.

La justice, par l'intermédiaire du juge du pôle financier Serge Tournaire, enquête depuis 2012 sur les conditions dans lesquelles l’Élysée a commandé des centaines de sondages, sous le quinquennat Sarkozy. Quelque 264 sondages auraient été commandés au cours des deux premières années de mandat, soit un tous les trois jours.

Ces sondages auraient coûté neuf millions d'euros, et auraient bénéficié à neuf instituts, dont la société de conseil Publifact, dirigée par Patrick Buisson, et celle de  Pierre Giacometti, Giacometti-Peron. Les contrats auraient été passés sans appel d'offres, les enquêteurs soupçonneraient donc que des proches de Nicolas Sarkozy aient été favorisés.

En juin dernier, six anciens responsables ou conseillers de l'ancien président de la République, dont Claude Guéant, avaient été placés en garde à vue dans cette affaire.

Europe 1 rapelle que, de son côté, Nicolas Sarkozy ne sera pas inquiété. L'actuel président de l'UMP est en effet protégé par l'immunité présidentielle, les fait s'étant déroulés alors qu'il était chef de l'Etat.

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !