Sondage : François Hollande au plus bas, seuls 16% des Français lui font encore confiance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande au plus bas
François Hollande au plus bas
©REUTERS/Francois Lenoir

Chute libre

Sondage : François Hollande au plus bas, seuls 16% des Français lui font encore confiance

Selon le baromètre mensuel de juin TNS Sofres-Sopra Group pour Le Figaro Magazine, aucun président n'est tombé aussi bas en si peu de temps.

François Hollande poursuit sa chute inexorablement. "Difficile de savoir comment il peut inverser la tendance" confiait récemment un parlementaire socialiste. Le président de la République n'a plus la confiance des Français. Chaque nouveau sondage ou baromètre le confirme. Preuve en est ce jeudi avec celui réalisé par TNS Sofres-Sopra Group pour Le Figaro Magazine. Le chef de l'Etat est au plus mal avec seulement 16% des Français qui affirment encore avoir confiance en son action. Une minuscule proportion. Aucun président n'est tombé aussi bas en si peu de temps. La cassure avec les Français est béante.

Jacques Chirac était tombé à ce niveau mais en juillet 2006 soit à la fin de son second mandat. Chose inquiétante pour François Hollande, les sympathisants socialistes le lâchent, n'étant plus que 46% à lui faire confiance. Chez les jeunes, seuls 9% lui font confiance. Le président n'est pas seul à chuter. Manuel Valls subit les conséquences de ce désaveu massif puisque 42% (-3) des personnes interrogées lui font encore confiance pour redresser la France. Le Premier ministre reste lui, populaire chez les sympathisants PS avec 68% (+2). La concurrence est donc rude pour le chef de l'Etat.

D'autant que ce baromètre livre une autre surprise : le retour de Dominique Strauss-Kahn. Silencieux depuis des mois, l'ancien patron du FMI voit sa cote de confiance remonter à 22%, son plus haut niveau depuis l'affaire du Sofitel. A gauche aussi, il risque d'y avoir des remous pour choisir son candidat en 2016 pour la présidentielle de 2017.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !