Soirée du 14 Juillet à Paris : le préfet Lallement critique Anne Hidalgo pour des défauts dans la sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Paris
Paris
©Ludovic MARIN / AFP

Polémique

Soirée du 14 Juillet à Paris : le préfet Lallement critique Anne Hidalgo pour des défauts dans la sécurité

Le préfet de police a envoyé un courrier acide à la maire de Paris

Vivement critiqué pour les incidents lors du match de football au Stade de France, puis mis en cause par Anne Hidalgo à la veille du 14 juillet, pour un dispositif de sécurité entourant le feu d’artifice jugé défaillant aux yeux de la maire (PS) de Paris, le préfet de police, Didier Lallement, a répliqué révèle Le Parisien.

Dans un courrier envoyé samedi 16 juillet à la maire de Paris que le Parisien s'est procuré, le représentant de l’État fait un bilan acerbe de la soirée, et de l’organisation déployée par la Ville autour de la tour Eiffel.

Le préfet liste une série de problèmes de sécurité en donnant des exemples précis. 

Il déplore ainsi « une insuffisance numérique des agents de sécurité privée aux points de filtrage, engendrant des files d’attente conséquentes et ne permettant pas d’empêcher l’entrée de vendeurs à la sauvette munis de bouteilles en verre interdites par arrêté préfectorale »

Ou encore « un mauvais emploi d’une partie des agents de sécurité privée, certains restant assis dans leur véhicule sans faire respecter les zones d’exclusion seulement marquées par des rubalises, d’autres — rue de Belgrade — restant assis à même le sol après avoir fermé l’accès aux spectateurs laissés sans information ».

Bref, selon le préfet « ces défaillances témoignent à l’évidence d’une insuffisante culture d’organisation et de sécurité de la Ville de Paris qui doit largement s’améliorer dans la perspective des Jeux olympiques de Paris 2024. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !