Soins dentaires : l'association "60 millions de consommateurs" dénonce des "pratiques tarifaires excessives" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Soins dentaires : l'association "60 millions de consommateurs" dénonce des "pratiques tarifaires excessives"
©

Dents en or

Soins dentaires : l'association "60 millions de consommateurs" dénonce des "pratiques tarifaires excessives"

C'est à Paris que l'on constate le plus de dépassements d'honoraires.

Le numéro de décembre de 60 millions de consommateurs épingle les "pratiques tarifaires excessives" que l'on retrouve dans les soins dentaires. Selon l'enquête, ces tarifs seraient même "la principale raison de renoncement aux soins auquel déclare être confronté près du tiers des consommateurs".

Le coût des prothèses, couronnes, bridge, inlay et reconstitutions sont particulièrement pointés du doigt. Et pour cause : ces soins ont représenté 5 milliards d'euros de dépenses en 2012 et n'ont été remboursés qu'à hauteur d'un milliard d'euros par l'assurance maladie. Les chiffres annoncés sont affolants : la somme restant à la charge du patient après remboursement de la Sécu s'élève en moyenne à 290 euros, ne descend jamais en-dessous de 200 euros et peut grimper jusqu'à 400 euros - c'est le cas à Paris.

Les tarifs encadrés par l'assurance maladie ne représentent, en revanche, qu'un très faible taux des dépassements. C'est à Paris - encore - que l'on retrouve le plus de cas, 57% des dépassements de ce type y sont constatés.

Etude réalisée à partir des données enregistrées par la Sécurité sociale par l'Observatoire citoyen des restes à charge en santé, créé début 2013 par 60 millions de consommateurs, le CISS (collectif de patients) et Santéclair, filiale de plusieurs complémentaires santé.


 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !