SNCF : le prix du TGV pourrait baisser en 2018 grâce... à la suppression du wagon-bar | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SNCF : le prix du TGV pourrait baisser en 2018 grâce... à la suppression du wagon-bar
©

Bonne nouvelle

SNCF : le prix du TGV pourrait baisser en 2018 grâce... à la suppression du wagon-bar

Pour pouvoir passer de 500 à 600 voire 650 voyageurs par train, Guillaume Pepy a évoqué plusieurs pistes afin d'accroître la rentabilité des TGV.

Le TGV pour tous ? C'est ce que souhaite la SNCF dans un futur proche. Mercredi 4 juin, Guillaume Pepy a présenté le projet du TGV du futur signé Alstom : alors que ce dernier devait être un modèle haut de gamme, il sera finalement économique. "Le cahier des charges a fondamentalement changé", a expliqué le président de la SNCF à l'Assemblée Nationale devant la commission du développement durable. Il a également indiqué que le projet, qui devrait voir le jour en 2018,  était du "nec plus ultra", à 30 ou 35 millions d'euros par train, à "un TGV qui, au siège passager, serait 30% moins cher (...) pour pouvoir faire des prix plus bas". Pour pouvoir passer de 500 à 600 voire 650 voyageurs par train, le président de la SNCF a évoqué la possibilité de "supprimer le wagon-bar". Ce dernier pourrait être remplacé par un autre système, comme un chariot roulant, par exemple.

Depuis 2008, la rentabilité des TGV est en baisse à cause d'une moindre fréquentation des voyageurs et d'une hausse des tarifs de péages. En effet, pour faire rouler leur train, les opérateurs ferrovières doivent s'acquitter d'une taxe à Réseau ferré de France (RFF) pour faire rouler leurs trains. C'est pourquoi, à la fin de son exercice 2013, la SNCF a dû déprécier la valeur de son parc de TGV. Cette nouvelle génération de TGV fait partie des 34 plans de la "Nouvelle France industrielle", lancés en septembre dans le but d'engager l'Hexagone dans une nouvelle révolution industrielle. Les projets sont axés sur trois grandes priorités : la transition écologique et énergétique, la santé et les nouvelles technologies.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !