Nouvelle victime française en Afghanistan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nouvelle victime française
en Afghanistan
©

Série noire

Nouvelle victime française en Afghanistan

Un soldat est mort ce 14 juillet, au lendemain de l'attaque-suicide qui avait tué 5 militaires français.

[Mise à jour le 14 juillet à 15h15]

Un commando marine français a été tué dans la province de Kapissa, ce jeudi 14 juillet, à la suite d'un "accrochage" avec des rebelles insurgés. L'information a été confirmée par l'Elysée qui présente ses condoléances à la famille du militaire.

Cela porte à 70 le nombre de soldats français morts en Afghanistan depuis le début du conflit il y a 10 ans. Nicolas Sarkozy réunissait un Conseil de défense cet après-midi pour faire le point sur les conditions de sécurité de nos troupes en Afghanistan, au lendemain de l'attaque-suicide qui avait déjà tué 5 militaires.

[Le 13 juillet]

Cinq soldats français et un civil afghan ont été tués dans une attaque-suicide mercredi à Joybar, au nord-est de Kaboul. Quatre autre soldats français et trois Afghans ont été grièvement blessés. 

Les militaires encadraient la réunion d'une assemblée de notables. "Un terroriste a déclenché sa bombe à proximité des soldats français blessant grièvement quatre autres soldats français et trois civils afghans", a détaillé un communiqué de l'Elysée.

Survenue au lendemain de la visite surprise de Nicolas Sarkozy en Afghanistan, l'attaque endeuille déjà les cérémonies du 14 juillet et leur traditionnel défilé militaire sur les Champs Elysées. 

L'armée française n'avait pas connu un bilan aussi lourd en Afghanistan depuis août 2008, quand dix soldats français étaient morts dans une embuscade. 69 militaires français sont morts depuis le début de l'intervention internationale dans le pays en 2001.

Lu sur le NouvelObs.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !