Silvio Berlusconi sur Europe 1 : "Si je suis envoyé en prison, il y aura une révolution en Italie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Silvio Berlusconi sur Europe 1 : "Si je suis envoyé en prison, il y aura une révolution en Italie"
©Alessio85

Toujours là

Silvio Berlusconi sur Europe 1 : "Si je suis envoyé en prison, il y aura une révolution en Italie"

Le Cavaliere croit en ses chances de retour et compte bien faire annuler la condamnation dont il a été l'objet.

Silvio Berlusconi y croit encore. Invité d'Europe 1, premier média à obtenir une interview du Cavaliere depuis son éviction du Sénat italien, le 27 novembre dernier, l'ancien président du Conseil a évoqué son avenir avec un certain optimisme. "Je veux réussir à obtenir une révision de la sentence politique, absolument injuste", a-t-il expliqué. Silvio Berlusconi croit encore à son retour dans la politique italienne. Un énième come-back qui pourrait se réaliser au moment des européennes : "Je serai encore le président de mon parti, et nous avons l’intention de convaincre les 24 millions d’électeurs italiens qui ne se sont pas ralliés à la gauche. Nous demandons à ce que des élections nationales italiennes soient organisées le même jour que les élections européennes, le 24 mai".

Condamné à un de prison pour fraude fiscale, le Cavaliere a tout de même reconnu être "en situation de faiblesse personnelle", quitte à jouer au martyre : "Mon téléphone peut être écouté. Je n’ai plus de passeport. On m’empêche de sortir d’Italie". Mais l'ancien sénateur reste confiant. "Si je suis envoyé en prison, il y aura une révolution en Italie, a-t-il prédit. On ne peut pas mettre en prison et casser la liberté de quelqu’un qui est en train de faire une campagne électorale. Ce sera très difficile de me mettre en prison puisque j’aurai une grande majorité politique aux prochaines élections. A mon âge très important, je n’ai peur de rien. J’aime mon pays et je ne peux pas terminer mon aventure humaine de patriote, d’homme d’Etat, en fuyant l’Italie".

Selon lui, le gouvernement d'Enrico Letta ne pourra pas durer, n'ayant "pas tenu ses promesses". Celui qui voit sa condamnation comme un "coup d'Etat" n'a donc pas encore dit son dernier mot. A 77 ans, la personnalité politique la plus emblématique d'Italie est sincèrement convaincue de sa chance de réaliser un dernier grand coup avant de tirer sa révérence.


Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !