SFR et Bouygues mutualisent leurs réseaux : coup de chaud pour leurs concurrents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
SFR et Bouygues mutualisent leurs réseaux : coup de chaud pour leurs concurrents
©

Jackpot

SFR et Bouygues mutualisent leurs réseaux : coup de chaud pour leurs concurrents

En partageant leurs équipements, les deux opérateurs vont offrir 2, 3 et 4G dans une zone qui couvre 57% de la population.

L'objectif est fixé à 2017 : grâce à la mutualisation d'une partie de leurs réseaux mobiles, dans trois ans, SFR et Bouygues pourraient dépasser le nombre d'antennes d'Orange, leur principal concurrent. Dans la zone la plus rentable, Orange dispose de 17 000 antennes. Les deux opérateurs, eux, visent le nombre de 18 000. La mutualisation devrait aussi jouer en zone peu dense, en faisant passer de 8 500 à 11 500 le nombre d'antennes de SFR et Bouygues. Ce partage d'équipements leur permettra de faire de la 2G, de la 3G et de la 4G sur 80% du territoire... Tout en évitant les zones densément peuplés, pour satisfaire aux exigences de l'Autorité de la concurrence. 

Leurs deux concurrents, Free et Orange, voient d'un mauvais œil cette mutualisation. Mais tout dépend désormais de la décision de l'Autorité de la concurrence, qui doit vérifier que l'autonomie stratégie et commerciale des deux opérateurs est respectée, et que ce partage améliore la couverture du réseau et la qualité du service proposé. 

Les économies réalisées (la mutualisation fait baisser de 25% les frais d'exploitation d'un réseau) devraient être réinvesties dans les réseaux à très haut débit. Bouygues a déjà annoncé s'attendre à réaliser quelques 100 millions d'euros d'économie chaque année. 

SFR et Bouygues ont déjà fourni quelques détails de leur collaboration : la création d'une société pour exploiter le patrimoine des sites partagés, les préparatifs en 2014, puis le démontage des antennes en doublon en 2015.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !