Service national universel : les Républicains dénoncent le flou et le coût du projet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Service national universel : les Républicains dénoncent le flou et le coût du projet
©JOEL SAGET / AFP

Recadrage

Service national universel : les Républicains dénoncent le flou et le coût du projet

"Le principe d'un service national oui, mais quelque chose de sérieux qui soit utile et budgété" a affirmé Laurence Saillet, porte-parole des Républicains.

Une idée à creuser mais un manque de profondeur. Invitée ce lundi de Sud Radio, Laurence Saillet, porte-parole des Républicains, a estimé que le projet de service national universel (SNU) souhaité par Emmanuel Macron était "très cher" et risquait d'être compliqué à mettre en place. "Le principe d'un service national oui, mais quelque chose de sérieux qui soit utile et budgété, pas un rassemblement à un mois juste pour dire qu'il fait ce qu'il a dit" a affirmé la porte-parole LR. Selon elle, "Macron ne sait pas comment se dépêtrer d'une promesse de campagne, qui lui a permis de gagner quelques points et, maintenant, il se rend compte que ça coûte cher". 

Par ailleurs, "nos armées n'ont pas envie de s'engager là-dedans et ont autre chose à faire" a-t-elle indiqué, fustigeant également le chef de l'Etat sur le dossier de Notre-Dame-des-Landes. "C'est bien facile de dire les choses. C'était la même chose avec les reculs sur Notre-Dame-des-Landes ou la CSG pour les retraités. Ce sont des choses qu'il n'avait pas anticipé. Il a un grand manque d'expérience, qui est pourtant nécessaire pour l'exercice de ses fonctions".

Le groupe de travail mis sur pied pour donner corps au projet du service national universel privilégie la piste d'un service obligatoire d'un mois pour tous les jeunes à partir de 16 ans, d'après des informations du Journal du Dimanche. Son coût pourrait être de deux à trois milliards d'euros par an.

Lu sur Sud Radio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !