Série d'attentats en Corse : Valls souhaite s'attaquer "aux sources de la criminalité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Manuel Valls s'est exprimé suite aux interpellations en Corse
Manuel Valls s'est exprimé suite aux interpellations en Corse
©REUTERS/Robert Pratta

Fermeté

Série d'attentats en Corse : Valls souhaite s'attaquer "aux sources de la criminalité"

Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé alors que seize personnes au moins ont été interpellées lundi en Corse dans le cadre d'enquêtes sur des dizaines d'attentats, en 2012.

La Corse est régulièrement secouée par des "nuits bleues", à savoir des soirées où une multitude d'attentats éclatent un peu partout sur le territoire. L'an dernier, il y avait eu deux "nuits bleues" d'envergure, les 11 mai et le 7 décembre. Les cibles de ces actes criminels : une quarantaine de résidences secondaires le long du littoral. Des attentats revendiqués par le Front de libération nationale de la Corse (FLNC). Les enquêtes avaient été confiées au juge d'instruction anti-terroriste parisien Gilbert Thiel. Celles-ci semblent enfin porter leur fruit. En effet, ce lundi seize personnes au moins ont été interpellées sur l'île de Beauté dans les milieux nationalistes.

Des arrestations commentées un peu plus tard par Manuel Valls. En déplacement à La-Roche-sur-Yon, le ministre de l'Intérieur a déclaré : "Il ne peut pas y avoir la moindre impunité. Ceux qui ont commis des forfaits, des attentats, bien sûr des assassinats, doivent savoir que l'État ira jusqu'au bout". Il a aussi ajouté qu'il souhaitait s'attaquer "aux fondements mêmes, aux sources de la criminalité, de la mafia" en Corse. "L'île mérite de pouvoir se développer, de vivre dans la tranquillité. Les Corses subissent depuis trop longtemps cette violence", a-t-il insisté.

Manuel Valls se montre d'ailleurs inflexible sur la question : il faut coûte que coûte mettre fin aux violences qui secouent la Corse. "Quel que soit le temps qu'il faut prendre, nous le prendrons pour appréhender, interpeller et traduire en justice ceux qui considèrent que l'explosif doit être utilisé pour régler des problèmes économiques ou pour s'accaparer des parcelles de territoire".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !