Sens commun, "des politiciens pires que les autres" juge Henri Guaino | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sens commun, "des politiciens pires que les autres" juge Henri Guaino
©

Colère

Sens commun, "des politiciens pires que les autres" juge Henri Guaino

Le député digère mal le ralliement du mouvement issu de la Manif pour tous à François Fillon.

Henri Guaino mâche rarement ses mots et ne se prive pas pour s’attaquer directement aux dirigeants de Sens commun, le mouvement interne des Républicains, issu de la Manif pour tous. Le mouvement a ainsi décidé de se rallier à François Fillon, dans un communiqué du 1er septembre dernier : "Parmi les grands candidats présidentiables, François Fillon est celui dont le programme nous est apparu le plus en cohérence avec nos idées, tout en offrant à Sens commun l'opportunité d'une réelle collaboration."

Une décision qui fait hurler Henri Guaino, lui-même opposant au mariage pour tous. "Je ne sais pas ce qu'en pensent les adhérents de Sens commun" souligne-t-il dans Valeurs Actuelles. "En revanche, je sais que ce qu'ont fait les responsables de Sens commun. L'un d'eux a rejoint Nicolas Sarkozy pour occuper un poste important dans la campagne. Les autres sont partis chez François Fillon (…) Ces gens-là n'ont-ils pas l'impression d'avoir un peu trahi ceux qui, en défilant massivement, leur ont conféré un semblant de légitimité? "

Et de s’en prendre vivement aux dirigeants de Sens commun : "Les responsables de ce mouvement, qui prétendaient changer la politique en apportant des valeurs et une autre façon de la faire, sont devenus en quelques mois des politiciens pires que les autres. Je trouve cela affligeant mais c'est la vie."

Finalement, c’est François Fillon qui en prend pour son grade. Ce dernier avait attaqué Nicolas Sarkozy ("Qui imagine de Gaulle mis en examen?"). "On ne gagne rien à ce genre d'attaques. Nous sommes dans une époque du “tous pourris” et ce genre de propos nourrit cette conviction. Dans ce contexte dangereux, on ne peut pas tout se permettre dans une campagne. La politique ne doit pas ajouter de la violence à la violence."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !