Le Sénégal aurait demandé de l'aide à la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le Sénégal aurait demandé de l'aide à la France
©

Coup de fil

Le Sénégal aurait demandé de l'aide à la France

L'avocat Robert Bourgi, proche de l'Elysée, révèle que le fils du Président sénégalais l'aurait appelé, sollicitant une intervention militaire à Dakar le 27 juin dernier.

Le Sénégal a-t-il demandé oui ou non une intervention militaire de la France lors des violentes manifestations le 27 juin dernier à Dakar ? Pour Robert Bourgi, proche de Nicolas Sarkozy, la réponse est claire. 

"Dans la nuit du 27 au 28 juin, lorsque les évènements tragiques se déroulaient à Dakar, j'ai été réveillé (...) par Karim Wade [NDLR : fils du Président sénégalais Abdoulaye Wade] qui me dit ceci: Dakar et le Sénégal sont dans une situation quasi insurrectionnelle", a déclaré l'avocat mercredi 6 juillet sur les ondes de Radio futur médias (RFM, privée). Il y a "des milliers de manifestants" et "on ne sait jamais, des intérêts français peuvent être touchés", aurait ajouté Karim Wade.

Peu de temps avant cette interview, la présidence sénégalaise avait nié toute demande d'intervention.

Les révoltes étaient survenues à la suite de longues et fréquentes coupures d'électricité qui avaient causé l'incendie de plusieurs bâtiments publics. Tout ceci dans un contexte déjà tendu. La population était descendue dans la rue le 23 juin pour manifester contre un projet de loi visant à faire élire en un seul scrutin un président et un vice-président avec 25% des voix dès le premier tour. Un projet de loi qui à force d'opposition a finalement été retiré. 

Mardi, François Fillon avait déclaré devant l'Assemblée nationale que "rester au pouvoir par tous les moyens, y compris en bricolant la loi électorale (...) n'était pas une très bonne idée".

Lu sur AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !