Selon Salim Benghalem "les attentats à la bombe ne sont plus d’actualité, c'est les tueries en série qui sont préconisées" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon Salim Benghalem "les attentats à la bombe ne sont plus d’actualité, c'est les tueries en série qui sont préconisées"
©Captue d'écran YouTube

Les mots d'un terroriste

Selon Salim Benghalem "les attentats à la bombe ne sont plus d’actualité, c'est les tueries en série qui sont préconisées"

Le procès d'une filière d'acheminement de djihadistes vers la Syrie s'est ouvert à Paris ce mardi en l'absence du principal accusé, Salim Benghalem.

Plus de deux semaines après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts, le procès d'une filière d'acheminement de djihadistes vers la Syrie s'est ouvert ce mardi à Paris. Au total, sept prévenus seront jugés jusqu'au 7 décembre et ce, en dépit de l'absence du principal accusé, Salim Benghalem, toujours en fuite. Inscrit sur la liste des Specially Designated Global Terrorists, ce Français de 35 ans, natif de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), fait partie des 10 terroristes les plus recherchés des Etats-Unis et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international suite à son rôle de bourreau au sein de l'Etat islamique. Salim Benghalem est notamment soupçonné d'avoir fait partie des géôliers des quatre journalistes français retenus en otage en Syrie puis relâchés en 2014. Il aurait occupé ce rôle aux côtés de Mehdi Nemmouche, le tireur présumé du musée juif à Bruxelles.

Parti faire le djihad en Syrie depuis mars 2013, Salim Benghalem aurait expliqué à sa femme de 26 ans que s'il revenait un jour en France, ce serait dans l'unique but de perpétrer un terrible attentat de masse. "Salim m’a dit que s’il revenait [en France], c’était pour faire un attentat, pour faire un maximum de dégâts […] Il m’a expliqué que les attentats à la bombe n’étaient plus trop d’actualité, que c’était les tueries en série qui étaient préconisées", a-t-elle confié aux services de sécurité français, révélant que le projet de son mari et de son compère Chérif Kouachi (assassin de la rédaction de Charlie Hebdo) consistait à s'attaquer à une école américaine située dans l'Hexagone. Comme le révèle L'express, certains des prévenus appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris, se défendent d'avoir été des terroristes. L'un d'entre eux par exemple, explique être parti en Syrie avec l'espoir de faire de l'humanitaire, mais avoir déchanté une fois sur place.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !