Selon Christian Estrosi, deux personnes fichées S sont passées sans inspection à l'aéroport de Nice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Selon Christian Estrosi, deux personnes fichées S sont passées sans inspection à l'aéroport de Nice
©Reuters

Accusations

Selon Christian Estrosi, deux personnes fichées S sont passées sans inspection à l'aéroport de Nice

"Des personnes en provenance d'Arabie Saoudite ou d'autres États de la péninsule arabique bénéficient à leur arrivée d'une exemption d'inspection et de filtrage" a-t-il affirmé au micro de RTL.

Invité de RTL ce jeudi matin, Christina Estrosi a lancé de lourdes accusations. Interrogé sur les déclarations de Manuel Valls, qui avait estimé que les salafistes étaient en train de "gagner la bataille idéologique et culturelle", le président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a fustigé "la duplicité" du chef du gouvernement. "Je me demande comment on peut faire de telles déclarations de la part du Premier ministre et dans le même temps accorder ces exemptions au passage de nos frontières" a-t-il martelé.

"Avec une totale détermination", il a expliqué que "des personnes en provenance d'Arabie Saoudite ou d'autres États de la péninsule arabique bénéficient à leur arrivée à l'aéroport international de Nice d'une exemption d'inspection et de filtrage (...) Chaque année, plusieurs dizaines d'entre eux bénéficient de ce privilège. Ils entrent et sortent sans contrôle sur le tarmac de nos aéroports". Il ajoute :  "Ils ne sont ni diplomates ni présidents".

S'il s'est dit d'accord pour que "Barack Obama ou la reine d'Angleterre" bénéficient d'un passe-droit, le maire de Nice soutient que ces pratiques ont "conduit en août dernier à laisser passer deux personnes fichées S sans aucun contrôle, et en toute impunité, dans un convoi de l'Arabie Saoudite ". Il a également déclaré que les policiers "s'en émeuvent beaucoup, l'ont fait savoir et en ont subi les conséquences".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !