Séisme de L'Aquila : les experts condamnés à 6 ans de prison ferme<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Séisme de L'Aquila : les experts condamnés à 6 ans de prison ferme
©

Justice

Trois ans après le séisme, i7 scientifiques ont écopé de 6 ans de prison pour avoir sous-estimé les risques.

Le verdict était très attendu. Sept scientifiques italiens ont finalement été condamnés lundi à 6 ans de prison pour "homicide par imprudence" dans le procès du séisme de L’Aquila. Il leur est reproché d’avoir sous-estimé les risques avant ce tremblement de terre survenu le 6 avril 2009 et qui avait fait plus de 300 morts dans cette ville des Abruzzes.

Les juges se sont montrés plus sévères que le parquet, qui avait requis quatre ans de prison fin septembre. Six des condamnés sont des membres de la Commission italienne "grands risques". Le septième est le sous-directeur de la Protection civile, Bernardo De Bernardinis.

La défense a réclamé leur acquittement. "Les faits, à savoir le tremblement de terre, ne sont de la faute de personne", a plaidé l’avocat Carlo Sica, qui représentait le gouvernement, et donc la Commission "grands risques".

De son côté, le procureur Fabio Picuti n'a pas hésité lundi matin à établir une comparaison avec l'évaluation des risques terroristes aux Etats-Unis lors des attentats du 11 septembre 2001. " Après le 11 septembre, le rapport qui démontrait une analyse insuffisante des risques en rapport avec l’attentat a conduit à la démission du chef de la CIA et de son adjoint", a-t-il affirmé.

Cette sentence risque de faire grand bruit dans la communauté scientifique, dont plus de 5.000 membres avaient adressé au président de la République Giorgio Napolitano une lettre ouverte dans laquelle ils affirmaient l'impossibilité de prédire un tremblement de terre. "Ce jugement est selon moi injuste. Nous ferons certainement appel", a aussitôt réagi Alessandra Stefano, l'avocat d'un des condamnés.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !