Séisme au Népal : le bilan français fait état de 3 morts, 7 disparus et 79 personnes injoignables | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Séisme au Népal : le bilan français fait état de 3 morts, 7 disparus et 79 personnes injoignables
©Reuters

Dramatique

Séisme au Népal : le bilan français fait état de 3 morts, 7 disparus et 79 personnes injoignables

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a annoncé ce dimanche matin sur Twitter que six nouveaux Français étaient "présumés disparus".

Alors que le bilan global du séisme au Népal a été revu à la hausse faisant état de plus de 7 000 morts et 14 000 blessés, celui concernant les Français risque lui aussi d'augmenter. Ce dimanche, Romain Nadal, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait savoir sur Twitter que la France était toujours sans nouvelles de 79 de ses ressortissants, que 3 étaient morts et que 7 étaient aussi officiellement disparus. Ce dernier chiffre a été revu à la hausse après qu'il a annoncé sur le réseau social la disparition de six nouveaux Français, un groupe de randonneurs qui se trouvaient dans le parc national du Langtang.

Samedi, il avait annoncé que le bâtiment hébergeant ce groupe avait été "emporté dans un éboulement". Ce parc a été ravagé par des avalanches dues au séisme. Le Parisien affirme de son côté que "ce dimanche, les autorités ont découvert 100 à 150 corps dont beaucoup de villageois népalais. 48 corps d'étrangers sont en cours d'identification". 

Par ailleurs, Romain Nadal a indiqué que "6 Français ont pu être récupérés ce matin par hélicoptère dans la région de Manaslu". Il affirme enfin que "les opérations pour extraire nos ressortissants coincés en montagne continuent en liaison avec les autorités népalaises".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !