Le "gendarme" de Wall Street étrangement clément envers les grandes banques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le "gendarme" de Wall Street étrangement clément envers les grandes banques
©

Circulez, y'a rien à voir

Le "gendarme" de Wall Street étrangement clément envers les grandes banques

La SEC a fait preuve d'une étrange mansuétude dans des cas de fraudes avérées avec, par exemple, JPMorganChase, Goldman Sachs ou Bank of America...

Même si la Securities and Exchange Commission (SEC) a intensifié ses enquêtes de Wall Street dans la dernière décennie, l'agence a à plusieurs reprises permis aux plus grandes entreprises d'éviter des peines spécifiquement destinées à s'appliquer aux cas de fraude.

Par l'octroi de dérogations, la SEC a laissé des géants financiers comme JPMorganChase, Goldman Sachs et Bank of America continuer à avoir des avantages réservés aux entreprises les plus fiables. Il est donc toujours aussi facile pour eux de lever des fonds auprès d'investisseurs, par exemple, d'éviter la responsabilité contre les poursuites si ils se trompent dans leurs prévisions financières.

Une analyse des enquêtes de la SEC, portant sur la dernière décennie, par le New York Times montre que, dans près de 350 cas, l'agence a donné aux grosses institutions de Wall Street et à d'autres institutions financières des passes droits évitant les sanctions. Cela comprend aussi des dérogations à ces entreprises de procéder à des ventes d'obligations et de gérer des fonds communs de placement.

JPMorganChase, par exemple, a été cité dans six cas de fraude au cours des 13 dernières années, dont une portant sur 228 millions de dollars l'été dernier. La compagnie a néanmoins obtenu au moins 22 dérogations. Bank of America et Merrill Lynch, qui ont fusionné en 2009, se sont rendu coupable de 15 cas de fraudes et ont reçu au moins 39 dérogations.

Seule une douzaine de sociétés (Dell, General Electric et United Rentals, entre autres) ont du subir les foudres de la SEC après l'émission d'informations trompeuses au sujet de leurs entreprises. Citigroup a été la seule grand banque de Wall Street a en faire partie. En 11 ans, six cas de fraude ont été découverts et elle a reçu 25 dérogations avant de perdre la plupart de ses privilèges en 2010.

Lu sur The New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !