Les champions du monde s'emmêlent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les champions du monde s'emmêlent
©

Quotas dans le foot

Les champions du monde s'emmêlent

Suite de la polémique sur les quotas : Dugarry soutient Blanc que Thuram estime "fragilisé". Patrick Vieira se dit "sandalisé" et attend d'autres sanctions.

[Mise à jour le 5 mai à 12h45]

Il fallait s'y attendre : la "génération 98" entre dans le débat.

Christophe Dugarry a critiqué ce mercredi les prises de position de Lilian Thuram. "Ce qui me gène dans [son] comportement, surtout quand je le vois s'affronter de manière aussi frontale à Laurent Blanc, c'est de vouloir passer pour le juge de la cour suprême".

L'ancien attaquant de l'équipe de France s'est même ouvert d'une anecdote selon laquelle Lilian Thuram aurait insisté pour faire une photo "avec les Blacks" au soir de la victoire de l'équipe en coupe du monde.

Lilian Thuram a réagi ce mercredi soir au journal de 20 heures de France 2. L'ancien défenseur latéral a expliqué : "Je ne suis pas agressif contre Laurent Blanc, je suis agressif contre le fait de vouloir discriminer des enfants de 12 ans".

Lilian Thuram a réaffirmé que Laurent Blanc n'était pas raciste, mais qu'il avait peut-être été "amené sur un chemin qu'il ne maîtrisait pas". L'ancien joueur estime par ailleurs que le sélectionneur est tout de même "fragilisé".

Ce jeudi, c'est au tour de Patrick Vieira de s'exprimer dans les colonnes du Monde. Il se dit "scandalisé" par les propos rapportés de Laurent Blanc. L'ancien capitaine des Bleus explique : "J'aurais du mal à comprendre comment ces dirigeants-là, qui étaient présents à la réunion, pourraient rester à leur poste. Si ces gens-là restent, c'est la porte ouverte à toutes les discriminations".

[Le 4 mai]

L'affaire suscitée par la diffusion de l'enregistrement d'une réunion de la Direction Technique Nationale, au siège de la FFF le 8 novembre 2010, continue de se développer au gré des déclarations de uns et des autres.

Ainsi, Mohammed Belkacemi, jusque-là conseiller technique national en charge du "football dans les quartiers", a reconnu devant la commission d'enquête être l'auteur de l'enregistrement, mais il a précisé "qu'il n'avait transmis ces enregistrements à aucun média". Il aurait en effet confié ces informations à André Prévosto, alors directeur adjoint de la Fédération et proche de Fernand Duchaussoy, l'actuel président de la FFF, pour "jouer un rôle d'alerte auprès des instances fédérales". Mediapart, bien sûr, ne révèle pas qui lui a transmis ledit enregistrement, et Le Parisienpose cette question : "qui avait intérêt à rendre public [cet enregistrement] à un mois des élections pour la présidence de la Fédération (le 18 juin) ?".

Le quotidien rapporte par ailleurs les propos d'un proche de Mohammed Belkacemi qui confie que celui-ci avait l'habitude d'enregistrer les réunions "en raison des nombreux propos tendancieux" qui y seraient tenus. Dans la même veine, Mediapart publie le témoignage d'un ancien directeur du centre de formation de Clairefontaine : "Disons que j'ai senti, à la DTN, des relents racistes. En 2010, au cours d'une réunion d'avril je crois (en tout cas une des dernières de la saison), quelqu'un a parlé de 'caractéristiques ethniques'".

Il se pourrait que les règlements de compte entre (anciens) amis ne fassent que commencer...

Lu sur Médiapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !