Scandale de la vache folle : il n'y aura pas de procès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Scandale de la vache folle : il n'y aura pas de procès
©

Non-lieu

Scandale de la vache folle : il n'y aura pas de procès

Selon des informations d'Europe 1, les juges d'instruction en charge du dossier ont délivré un non-lieu général vendredi dans cette enquête ouverte en 1997.

C'est l'une des plus grandes affaires sanitaires de ces trente dernières années. Cela fait dix-sept ans que le dossier traine. Ce vendredi, selon des informations, le scandale de la vache folle a connu un revirement inattendu. En effet, selon la radio, les deux juges chargés de l'instruction de cette ont décidé de délivrer un non-lieu général dans cette affaire. Quatre personnes, des responsables d'usine de fabrication d'aliments pour bétail, avaient été mises en examen dans ce dossier pour "tromperie sur la qualité d'un produit" ou "falsification". Une des quatre est décédée en 2010.

Au total, la maladie de la vache folle avait provoqué la mort de 27 personnes et de milliers de bovins en France. L'enquête portait sur l'importation de bovins et farines animales britanniques et leurs conséquences sur la propagation de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

Comme le souligne Europe 1, "ce non-lieu résonne comme un nouvel échec judiciaire du pôle de santé publique".  Et la radio ajoute que les deux magistrates (Edith Boizette et Marie-Odile Bertella-Geffroy, ndlr) ont estimé, comme le parquet de Paris l'avait requis en novembre dernier, "qu'on ne pouvait pas démontrer de tromperie ou de falsification de la part des entreprises soupçonnées d'avoir vendu des produits contenant des protéines animales interdites". Affaire classée donc. 

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !