"Tout faire" pour sauver la zone euro : François Hollande et Mario Monti saluent les "paroles fortes" du président de la BCE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"Tout faire" pour sauver la zone euro : François Hollande et Mario Monti saluent les "paroles fortes" du président de la BCE
©

Grands moyens

"Tout faire" pour sauver la zone euro : François Hollande et Mario Monti saluent les "paroles fortes" du président de la BCE

Le président du Conseil italien était reçu ce mardi à l'Élysée.

Reçu a déjeuner à l'Elysée, Mario Monti a évoqué avec François Hollande le plan de sauvetage de la zone euro orchestré par le président de la BCE. Le président du Conseil italien et le président français ont adressé un nouveau message politique de soutien à la monnaie unique, encourageant Mario Draghi, le patron de la BCE, à passer à l'acte, après les «paroles fortes» qu'il a prononcées, jeudi dernier. Le président de la BCE avait assuré qu'il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver l'euro, suscitant d'immenses attentes sur les marchés.

Le plan de sauvetage de la zone euro échafaudé par Mario Draghi fait intervenir la BCE et le Fonds de sauvetage européen (FESF) sur les marchés en faveur de l'Espagne et de l'Italie.

À deux jours de la réunion très attendue de la BCE à Francfort, François Hollande et Mario Monti ont rappellé leur "volonté de tout faire pour que les décisions du Conseil européen soient appliquées, pour que la zone euro soit défendue, préservée et consolidée, que nous puissions travailler à son intégrité", comme l'a affirmé le chef de l'État sur le perron de l'Élysée, au côté du président du conseil italien.

Un communiqué commun a également été publié à l'issue de la rencontre Hollande-Monti, dans lequel les deux dirigeants européens ont regretté que "plusieurs pays de la zone euro doivent aujourd'hui se refinancer à des taux d'intérêt trop élevés, alors même qu'ils conduisent des réformes économiques nécessaires mais difficiles".

Mario Monti a fait part de la même détermination face à la crise de la zone euro. "Nous ne pouvons nous permettre même pas une minute d'inattention", a-t-il dit en italien.

M. Hollande a i insisté sur "la qualité" des relations franco-italiennes, qui est selon lui "un point très important pour régler les questions qui sont encore de notre responsabilité pour les jours qui viennent pour consolider, renforcer la zone euro". "Il y a eu des progrès très significatifs depuis plusieurs semaines: le conseil européen de la fin du mois de juin, avec le pacte de croissance, les mécanismes de stabilité qui ont été précisés, qui maintenant doivent être appliqués", a-t-il insisté. Depuis l'Italie M. Monti avait appelé dans la matinée à une mise en oeuvre "sans tarder" des décisions du conseil européen des 28 et 29 juin.


 

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !