Sarkozy, Copé, Cambadélis... les réactions politiques de la journée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sarkozy, Copé, Cambadélis... les réactions politiques de la journée
©CGPME

Dans l'actu

Sarkozy, Copé, Cambadélis... les réactions politiques de la journée

La primaire de droite était évidemment au cœur de l’actualité politique de la soirée de jeudi et de la matinée.

Un débat au centre de tout. Le premier débat télévisé entre les participants à la primaire de la droite et du centre a fait l'objet de toutes les attentions et alimente les réactions de la journée. Un débat à fleurets mouchetés au cours duquel les candidats se sont épargnés... à quelques exceptions près.

Les échanges les plus vigoureux ont surtout été recensés du côté de Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé. Ce dernier a tout d'abord indiqué de nouveau qu'il n'aurait jamais été candidat "s'il avait été mis en examen". S'il se défend "de porter des jugements à l'égard de personne", la pique semblait bel et bien destinée à Nicolas Sarkozy, toujours pris dans la tourmente de l'affaire Bygmalion.


Copé: "Si j'avais été mis en examen, je n...par publicsenat

Sur cette affaire, l'ancien chef de l'Etat a indiqué que "depuis 5 ans, je suis sans doute le Français qui été le plus écouté, perquisitionné, interrogé. Pour quel résultat? Cinq non-lieux. Si j'avais quelque chose à me reprocher vous pensez que je me représenterais?"
Nicolas Sarkozy : " Si j'avais quelque chose à...par publicsenat". 

Il a ensuite pris à partie Jean-François Copé. Lorsque celui-ci a déclaré "avoir porté" la loi sur la burqa, la réponse du chef de l'Etat a été cinglante : "Ce n'est pas toi qui nous l'a imposé. Tu étais bien incapable d'imposer au président de la république ni au Premier ministre quoi que ce soit."
Primaire Les Républicains : Nicolas Sarkozy...par rtl-fr"

Au niveau des réactions, la droite a salué un débat intéressant. Comme Eric Ciotti, Christian Jacob estimé que le débat avait été de "bonne qualité".
"On a eu un débat de bonne qualité, c'était pas...par radioclassique

Côté socialiste, le son de cloche était évidemment tout autre.C'était très barbant dans la forme", a confié le patron du PS après avoir estimé "qu'il n'y avait pas de gagnant. "Sur le fond ils sont tous d'accord", a constaté Jean-Christophe Cambadélis. "Ils ont un programme commun, qui est une régression sociale sans précédent, un programme libéral qu'on n'a pas vu depuis 30 ans, et les propositions sont datés et à contre cycle économique".


Primaire de la droite : un débat "très barbant...par rtl-fr" .

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !