Sarkozy s’attaque aux dérives des banques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sarkozy s’attaque
aux dérives des banques
©

Offensif

Sarkozy s’attaque aux dérives des banques

Lors d’une intervention au salon des entrepreneurs, le président de la République a accusé les banques de ne pas jouer leur rôle de financement de l’économie.

Ce mercredi, Nicolas Sarkozy a violemment attaqué les banques lors d’une intervention au 19e salon des entrepreneurs.

"Nous avons les banques les plus importantes d'Europe, et quand il faut prêter de l'argent aux PME, c'est l'Etat qui doit créer Oseo (...) on se demande à qui les banques commerciales prêtent de l'argent", a-t-il déclaré.

"Le rôle des banquiers dans la société, ce n'est pas de gagner beaucoup d'argent très rapidement, c'est de faire confiance à des entrepreneurs sur cinq ans, sur dix ans, sur quinze ans, de prêter de l'argent à cette entreprise au début et d'être associé à l'avancée de cette entreprise" a poursuivi le président de la République.

"Le rôle d'un banquier, ce n'est pas d'entretenir une salle de marchés où des jeunes ultra-diplômés derrière des ordinateurs hyper-compétents parient sur une chose aussi intéressante que de savoir si la bourse va franchir les 2.000 points ou les 2.100 points. Franchement ça, on n'en a pas besoin. On a vu où ça conduisait le pays", a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy a également défendu son projet de TVA "sociale" qui prévoit une augmentation de 1,6%. "A ceux qui ne veulent pas ou n'osent pas assumer un point et demi de TVA (...), alors vous serez complices des délocalisations, alors les délocalisations ça ne vous gêne pas, la France qui se vide de son sang industriel, ça ne vous gêne pas !"a-t-il prévenu.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !