Sanofi : la rémunération du nouveau patron Olivier Brandicourt fait polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Sanofi : la rémunération du nouveau patron Olivier Brandicourt fait polémique
©

Bonus

Sanofi : la rémunération du nouveau patron Olivier Brandicourt fait polémique

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s'est dit surpris qu'un grand patron soit "assuré d’une rémunération sans commune mesure avant même d’avoir pris la tête de l’entreprise"

Les conditions d'embauche d'Olivier Brandicourt à la tête de Sanofi ont été officialisées ce lundi : le nouveau patron du groupe pharmaceutique percevra au total 4 millions d'euros de bonus d'ici à 2016. Olivier Brandicourt touchera d'abord 2 millions d'euros à sa prise de fonctions en avril 2015, puis la même somme si il reste à la tête du groupe jusqu'en janvier 2016. En plus de ce bonus, le patron du groupe touchera une rémunération fixe de 1,2 millions d'euros par an, ainsi qu'une rémunération variable chiffrée entre 150 et 250% de sa rémunération fixe, et enfin une rémunération en actions. 

L'officialisation de ces conditions d'embauche a rapidement engendré une polémique au sein de la classe politique et des syndicats. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s'est dit surpris qu'un grand patron soit "assuré d’une rémunération sans commune mesure avant même d’avoir pris la tête de l’entreprise". La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a appelé à la "décence", estimant qu'il s'agit d'une rémunération "pas normale du tout".

Le responsable CFDT Stéphane Galiné a quant à lui évoqué une rémunération "choquante", alors Thierry Bodin (CGT) dénonce une somme "scandaleuse au regard de ce que vivent les salariés et les chômeurs dans ce pays".

Le précédent patron du groupe pharmaceutique Sanofi, Chris Viehbacher, avait également touché un bonus de 2,2 millions d'euros à son arrivée, ainsi qu'un indemnité supérieure à sa rémunération fixe de 1,2 million d'euros. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !