Salaire de Jack Lang : l'Institut du monde arabe calme la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Salaire de Jack Lang : l'Institut du monde arabe calme la polémique
©

Démenti

Salaire de Jack Lang : l'Institut du monde arabe calme la polémique

L'IMA affirme que l'ancien ministre lui a fait faire de gros efforts budgétaires depuis son arrivée, en janvier dernier.

Le scandale a-t-il lieu d'être ? Alors que Jeune Afriquerévélait que Jack Lang percevait 10 000 euros par mois pour présider l'Institut du monde arabe (IMA) alors que ses prédécesseurs, Dominique Baudis et Bruno Levallois, ne touchaient rien, le magazine s'est retrouvé démenti par l'institut. Selon David Bruckert, cité par Le Figaro, secrétaire général de l'IMA, Dominique Baudis percevait bien une rémunération, et ce jusqu'à son élection au parlement européen en septembre 2009. Cette rémunération était supérieure à celle qui est versée à l'heure actuelle à Jack Lang (...) La rémunération de Jack Lang a été fixée en toute transparence et votée par le conseil d'administration de l'IMA".

Le directeur de cabinet de Dominique Baudis a par ailleurs confirmé cette information au Lab d'Europe 1. David Bruckert affirme également que "Jack Lang a réduit dès son arrivée le budget de la présidence de moitié et imposé des efforts d'économies sur l'ensemble des frais de mission et de réception (...) En dépit des déplacements dans le monde arabe qu'il effectue dans le cadre de ses fonctions et conformément aux missions de l'IMA, ses frais de transport aérien sont à sa demande inférieurs en moyenne de 70% à ceux de ses prédécesseurs."

Jack Lang est arrivé à la tête de l'IMA le 25 janvier dernier. Il succédait ainsi à Renaud Muselier, président du Haut Conseil de l'Institut, et Bruno Levallois, président du conseil d'administration. Sa nomination mettait ainsi fin à la présidence bicéphale de l'IMA, précédemment épinglée par la Cour des comptes.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !